Eléments biographiques sur la famille GÖTZE.

lundi 21 avril 2008
popularité : 25%

Trouvés sur le site "Sans patrie ni frontières" : dictionnaire international des militants anarchistes"

 
 
 
GOTZE, Anna
Née en 1875 - morte en 1958.
Ouvrière dans l’imprimerie - FAUD - Leipzig (Saxe)

Anna Götze a commencé à militer au Parti social démocrate en 1897 où elle resta jusqu’en 1917. Puis, à la fin de la guerre elle participe à la fondation du mouvement spartakiste. Au début des années 1920 elle opte pour des positions anarchistes et adhére à la FAUD. Elle est la mère de Ferdinand Nante et Irma, tous deux militants de la FAUD, et de Waldemar qui militait lui au parti communiste.

Après la prise du pouvoir par les nazis, elle participe très activement avec ses enfants aux réseaux clandestins mis en place par la FAUD. Arrêtée une première fois en 1935, elle est à nouveau emprisonnée le 1er octobre 1937 et condamnée le 12 avril 1938 à trois ans de détention qu’elle purge à la prison de Walheim. Elle est ensuite transférée au camp de concentration de Ravensbrück où elle retrouve plus tard sa fille Irma. Lors de l’évacuation du camp par les nazis en avril 1945, elle parvient à s’échapper avec sa fille au cours d’une « marche de la mort » des prisonniers. Anna Götze est décédée en 1958.
vendredi 30 novembre 2007 par R.D.
 
 
GOTZE, Irma FAUD
Réfugiée en France, Irma Götze, dont le frère Ferdinand Nante était également membre de la FAUD, a été arrêtée pendant l’occupation et condamnée à quatre ans et six mois de prison. Déportée ensuite au camp de concentration de Ravensbrück, elle y retrouve sa mère Anna, également militante de la FAUD en Saxe, qui avait été condamnée à trois ans d’internement. En avril 1945, lors de l’évacuation du camp par les nazis et d’une "marche de la mort", elle parvient à s’échapper avec sa mère.
samedi 24 novembre 2007 par R.D.
 
Sources : AIT, Servicio de prensa, décembre 1946
 
 
 
 
GOTZE, Ferdinand « NANTE »
 « AnarchosyndikalistInnen auf dem Wolfschen Weingut in Naumburg an der Saale (ca. 1933/34). Rechts mit Hund : Ferdinand ’Nante’ Götze (1907-1985), bis Ende 1934 erster Vorsitzender der illegalen FAUD-Geschäftskommission ».
 
Né à Leipzig le 28 mars 1907 - mort le 22 février 1985
Ouvrier modeleur - DAS - FAUD - SAC - Leipzig (Saxe) - Barcelone (Catalogne) - Suède
vendredi 30 novembre 2007 par R.D.
Fils d’Anna Götze, Ferdinand Nante a commencé à militer en 1921 dans les jeunesses socialistes ouvrières et à la FAUD dont il allait devenir l’un des plus importants organisateurs en Saxe. Sa compagne, Elly Büchner et leur fille Annemarie (née en 1924) participent également aux activités de la FAUD.

Après la prise de pouvoir par les nazis, il est interné dans un camp de concentration en mai 1933. Après sa libération, il participe très activement avec des membres de sa famille à la structuration clandestine des noyaux de la FAUD dont à l’automne 1933 il est membre du secrétariat à la place d’Emil Zehner. Il publie alors l’organe clandestin Die Soziale Revolution.

Pour échapper à la répression, il s’enfuit fin 1934 en Tchécoslovaquie. Il gagne ensuite l’Italie, la France puis l’Espagne où il va résider sous une fausse identité et où sa famille parvient à le rejoindre.

Pendant la guerre d’Espagne, avec entre autres Rudolf Michaelis et Helmut Rüdiger, il participe pour le DAS à l’organisation à Barcelone des miliciens allemands au sein des colonnes anarchistes. Après les événements de mai 1937 et l’arrestation de nombreux compagnons étrangers par les staliniens, il se cache un moment avant de partir pour la France où il ne parvient pas à obtenir une autorisation de séjour. Au cours de l’été 1938 il part avec sa famille pour la Norvège où il obtient le statut de réfugié politique et vit près d’Oslo.
Après l’occupation de la Norvège par les nazis, il passe en Suède avec sa femme et sa fille. Il est interné jusqu’en août 1940 où il reçoit une autorisation de séjour. Il intégre alors l’organisation anarcho-syndicaliste Sveriges Arbetaren Centralorganisation (SAC) où il militera jusqu’à son décès survenu le 22 février 1985.
 
Sa fille Annemarie était la femme de l’écrivain Stig Dagerman qu’elle avait rencontré à la SAC quand tous deux travaillaient pour son organe quotidien Arbetaren.
 
 
 

 
 
Les photos jointes à cette notice proviennent du livre suivant :
 
Rudolf Berner, Die unsichbare Front, Bericht über die illegale Arbeit in Deutschland (1937). Berlin/ Köln, Libertad verlag, 1997 [ Le front invisible , rapport sur le travail illégal en Allemagne].
Herausgegeben, annotiert und ergänzt durch eine Studie zu Widerstand und Exil deutscher Anarchisten und Anarchosyndikalisten von Andreas G. Graf und Dieter Nelles
[Publié, annoté et complété avec une étude sur la Résistance et l’exil des anarchistes et des anarcho-syndicalistes allemands, par Andreas G. Graf et Dieter Nelles.]
 
les Giménologues 31 mars 2008.
 
 
 

Navigation