« Le rêve égalitaire des Barcelone rebelles »
à Verfeil (Tarn-et-Garonne) le 11 mai 2017 à 20h

« Le rêve égalitaire des Barcelone rebelles »

à Verfeil [1] (Tarn-et-Garonne) le 11 mai 2017 à 20h [2]

intervention de Myrtille des Giménologues
avec projection de photos

Barcelone en 1909

« Rarement une ville s’est retrouvée aux mains de ses habitants. Barcelone, quelquefois, pas souvent, mais avec une telle intensité que le souvenir de cette aube nouvelle, de cette fête durant des jours et des semaines les obsède encore, eux, pour réessayer, et leurs ennemis, pour les en empêcher. La crainte que ces gens occupent à nouveau leur ville et se prennent en charge eux-mêmes mobilise contre eux tous les partisans de la mort : Capital, État, Église, Armée. Et le désir que cela revienne a maintenu en rébellion la partie la plus décidée et la plus festive de ce peuple et, dans l’attente de cette prochaine tentative, tous les partisans de la vie. [3] »

« Ce qui était remarquable chez eux, malgré toute répression qui leur tombait dessus, c’est la constance avec laquelle ils menaient leurs activités critiques sur tous les plans, sans faire de distinction ni poser de priorité entre la sphère du travail ou de la production, et celle du territoire ou de la reproduction sociale » (ibid.)

Comme Pere Lopez, nous trouvons un grand intérêt à savoir comment les gens du commun ont été capables de faire une révolution sociale. Cet événement ne se produit pas en un jour, il est donc important de parcourir l’itinéraire qu’ils ont suivi pour en arriver à un tel engagement total.

Ce sera l’occasion de souligner la profondeur et le caractère spécifique de la rencontre entre l’anarchisme – et à travers lui le projet communiste libertaire conçu par les rescapés de la Commune de Paris – et les classes populaires espagnoles (quartiers ouvriers de Barcelone, journaliers agricoles andalous…), en révolte contre la mise en place du capitalisme au milieu du XIXe siècle. Nous suivrons quelques étapes du processus révolutionnaire qui déboucha sur le début de sortie du capitalisme de l’été 1936.

Les Giménologues, 29 avril 2017.