« L’Espagne en proie à la barbarie »

Quand les éditions Atlas s’alignent en 1980 sur la propagande de la Phalange espagnole de 1937
dimanche 19 janvier 2014
popularité : 15%

Plus c’est gros, plus ça passe ?
Quand les éditions Atlas s’alignent en 1980
sur la propagande de la Phalange espagnole de 1937


Légende rédigée par les éditions Atlas 1980 :
« L’Espagne en proie à la barbarie.
Ci-dessous des républicains montrent les têtes de leurs victimes. »



Document tiré de l’article : « L’Espagne s’embrase », pp. 102-103 de l’ouvrage encyclopédique Collectif : À La Une. Les grands événements du 20° siècle et les journaux de l’époque
Vol. 4, « Les années trente », 1931-1937
Éditions Atlas - 1980

On a trouvé la photo replacée dans son contexte original avec mention de la source :

Photo et légende (source Wikipedia) :

« Guerre du Rif, le massacre du peuple rifain amazigh par les regulares espagnols [1] en 1922.
Auteur : inconnu, photo publiée par Jacques Roger-Mathieu dans son livre Les mémoires d’Abd el Krim, Librairie Des Champs-Elysées, à Paris en 1926. »

Wikipedia fournit encore la même photo scannée depuis le livre en question de Roger-Mathieu avec sa légende en anglais (ici traduite par nous) :

« Un photographe anonyme prit cette photo au début des années vingt qui montre des légionnaires au Maroc brandissant les têtes de Marocains qu’ils avaient capturés et décapités. La Phalange, un parti de droite publia cette photo pendant la guerre civile prétendant qu’il s’agissait de Brigadistes internationaux communistes avec les têtes de patriotes espagnols. »

Et pour finir la même photo trouvée sur Indymedia donne le nom de la collection où la photo a été placée :


Parmi les responsables de cette arnaque grossière ayant participé à ce volume des éditions Atlas, on peut citer :

Directeur général : Gérard Bordes
Documentation et iconographie : Marie Claire Jacquet
Coordination : Philippe Conrad

Selon la notice Wikipedia, Philippe Conrad (né en 1945) est un historien français, directeur de séminaire au Collège interarmées de défense.
Membre du GRECE, il a dirigé la collection « Nation Armée » des éditions Copernic (1976-1980). Il anime, en compagnie de Bernard Lugan et Dominique Venner, le Libre journal des historiens sur Radio Courtoisie.
Professeur d’histoire et directeur de séminaire au Collège interarmées de Défense, il a été directeur de rédaction d’Histoire-Magazine, de Terres d’histoire.
Philippe Conrad préside actuellement l’Association du comité de continuité éditoriale de la Nouvelle Revue d’Histoire, et collabore au mensuel Le Spectacle du Monde. Il est également responsable des encyclopédies historiques des éditions Atlas.

Parmi les collaborateurs, on trouve Jean Mabire.

Toujours selon Wikipedia : Jean Mabire est né à Paris (Île-de-France) le 8 février 1927 et il est mort le 29 mars 2006 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). C’était un écrivain, journaliste et critique littéraire français.
Sur le plan politique, il est un acteur engagé des milieux régionalistes normands et de l’extrême droite française, proche de la Nouvelle droite et défenseur d’un néo-paganisme.

Sans commentaires supplémentaires.

Ajoutons au dossier qu’il y eut des révoltes de soldats marocains, utilisés comme chair à canon durant la guerre d’Espagne, mais cela est encore peu connu. Nous complétons l’article « Appel aux travailleurs marocains » que nous avions déjà publié sur ce site en 2010 [2] par cet encadré paru dans Solidaridad Obrera du 25 septembre 1936.




Les Giménologues, 15 janvier 2014


[1Les Forces régulières indigènes (Fuerzas Regulares Indigenas) couramment appelées les Regulares étaient composées de l’ensemble des troupes d’infanterie et de cavalerie de l’armée espagnole recrutées au Maroc espagnol. Elles étaient composées de volontaires marocains encadrés par des officiers espagnols.
Créées en 1911 elles jouèrent un rôle de premier plan lors de la guerre du Rif pour mater les populations marocaines soulevées contre l’occupation espagnole et française. La création des regulares est due en grande partie à la protestation de la population civile espagnole - relayée par la presse - contre la participation des soldats espagnols de l’armée régulière aux combats et au maintien de l’ordre dans la zone du Protectorat marocain.
Dans la péninsule Ibérique durant la guerre d’Espagne elles furent souvent considérées comme les troupes d’élite des forces nationalistes rebelles au gouvernement de la Seconde République espagnole.
Réorganisées et réformées, elles sont aujourd’hui encore actives sur le terrain, comme au Kosovo ou en Afghanistan. Note tirée de Wikipedia


Brèves

20 mai - Causerie giménologique • St Jean du Gard • 20 mai • 19 h

Causerie giménologique à St Jean du Gard
Le 20 mai à 19 heures
agrémentée de projection de (...)

19 mai - Rencontre avec les Giménologues • Ganges • Vendredi 19 mai 2017

Voir l’article 721

11 mai - « Le rêve égalitaire des Barcelone rebelles »...

« Le rêve égalitaire des Barcelone rebelles »
à Verfeil (Tarn-et-Garonne) le 11 mai 2017 à (...)

25 mars - Decazeville • samedi 25 mars

« 19 juillet 1936 : La révolution espagnole »
avec la participation de François Godicheau, (...)

2 mars - Charla aux archives de Sant Feliu de Llobregat

Le 2 mars 2017 à 19 h.
Lire l’article