Cipriano Mera Sanz / 1897-1975 / De la guerre à l’exil
Editions CNT-RP
Article mis en ligne le 4 août 2012
dernière modification le 19 août 2012
logo imprimer

Cipriano Mera Sanz / 1897-1975 / De la guerre à l’exil
Clément Magnier
Editions CNT-RP, septembre 2011
231 pages - 15 €

Ce livre est une biographie du maçon anarcho-syndicaliste devenu général de l’armée populaire, passé plusieurs fois par la case prison, avant de reprendre comme il le disait lui-même : la truelle.

Après une brève introduction sur les raisons qui l’ont poussé à « choisir la figure de Cipriano Mera », l’auteur nous embarque illico dans l’Histoire pour nous conter les débuts de l’anarchisme révolutionnaire espagnol au tournant des 19 et 20 ème siècle.

On y suit en une cinquantaine de pages la construction d’un mouvement libertaire à laquelle le maçon Cipriano Mera va très tôt participer. Remarquable synthèse de ces années qui vont d’insurrections en congrès, assassinats, grèves et constructions politico-culturelles, amener à « la tourmente de 1936-1939 ».

L’auteur examine sobrement les différentes positions et tendances de cette CNT (faïstes, trentistes, syndicalistes, anarcho-bolchéviques...) et dépeint le rôle pivot que Mera va jouer recherchant toujours l’unité, avant la guerre, pendant et aussi après, dans l’exil.

On suit ensuite Cipriano Mera dans le processus qui l’amenera à défendre la militarisation des milices et son corrolaire la discipline militaire. Pas de prise de position sur le sujet, mais juste une recherche de compréhension : « Pourquoi ? ». Concomitante à la participation de ministres anarchistes au gouvernement républicain, la militarisation est en fait quasiment le sujet central de cette biographie, Mera étant devenu général. Une sorte d’engrenage fatal, inéluctable ?

Cipriano Mera ira au bout de cette évolution. Il s’opposera violemment aux communistes et dans l’épisode du coup d’État dans le Madrid prêt à tomber de mars 1939, il prendra une sorte de revanche contre ceux qui en mai 37 à Barcelone lancèrent le coup d’envoi de l’assassinat de la révolution espagnole. Figure de héros et de chef de guerre, politiquement controversé dans son propre camp cénétiste, on le retrouvera dans la « postérité de la lutte » en 1968 venu de sa banlieue parisienne sur sa mobylette conseiller les étudiants face aux forces de l’ordre...

L’ouvrage se termine avec une série très intéressante d’annexes courtes qui replacent et actualisent la mémoire, les mémoires de Cipriano Mera. L’une d’elles, un entretien avec Freddy Gomez qui rencontra Mera en 1968 mentionne que les éditions du Coquelicot publieront très prochainement la traduction inédite en français effectuée par le groupe Sacco et Venzetti de la Fédération Anarchiste des mémoires de Cipriano Mera sur lesquelles cette excellente biographie est basée.

Les éditions du Coquelicot

Lire aussi : Sortie en français de l’auto-biographie de Cipriano Mera

P.S. :

Éditions CNT-RP
http://www.editions-cnt.org




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.59