François Godicheau. Ils ne se turent pas. Voix des prisonniers antifascistes de la République (1937-1939)

dimanche 27 mai 2012
popularité : 13%


François Godicheau. Ils ne se turent pas.
Voix des prisonniers antifascistes de la République (1937-1939) [1]

Presses Universitaires du Mirail
Collection Hespérides Espagne
Toulouse 2012


Nous sommes contents de signaler la sortie du livre de François que nous annoncions (prématurément) dans la préface des « Fils de la nuit » en 2006.

« Pourquoi écrire de nouvelles histoires de la guerre civile ? Que peut encore nous dire ce passé sur lequel se sont accumulées des montagnes de livres ? La réponse se trouve peut-être dans l’écoute de ces individus, de ces sujets sans renom qui apparaissent tels des fantômes dans la plupart des ouvrages, perdus dans des collectifs aux noms en forme de sigles. Leur parole est couverte par celle des formations politiques.

Ces individus, prisonniers d’une conjoncture pleine de catastrophes annoncées, ne savaient pas de quoi le lendemain serait fait. Ils durent maintes fois l’inventer et tracer des voies qui nous paraissent à nous rebattues parce que nous connaissons la suite et qu’elle nous fut contée si souvent avec des mots devenus de la propagande désincarnée.
Ce livre contient des lettres écrites entre 1937 et 1939 par des détenus de diverses prisons de Catalogne et du Pays valencien, c’est-à-dire dans le camp républicain. Ce sont des lettres politiques d’une guerre profondément politique, rédigées par des hommes subissant la répression de l’État républicain. À l’échelle de toute la population de ce camp, cela représente une expérience sans doute marginale ; mais elles nous éclairent sur une façon de concevoir la politique et de la vivre personnellement et collectivement, chose que nous avons perdue de vue et qui constitue un rouage essentiel dans la succession des événements de 1936. » [2]


Ce livre est la version abrégée d’un travail universitaire. Nous rédigerons prochainement une recension de cette « histoire de chair et d’os ».
Nous espérons une traduction rapide en français. Les impatients pourront lire en attendant cet article de François paru en 2002 dans la revue Sociétés et Représentations n°13 qui contient quelques-unes des lettres publiées : « Militer pour survivre. Lettres d’anarchistes français emprisonnés à Barcelone (1937-1938). » Lire sur cairn.info

On peut lire également cet autre article en castillan du même auteur, paru dans la revue Ayer n° 55 en 2004 : « Periódicos clandestinos anarquistas en 1937-1938 ¿ las voces de la base militante ? » pp.175-206 : Lire sur ahistcon.org

Les Giménologues, 25 mai 2012


[1Ouvrage publié en espagnol sous le titre : No Callaron - Las Voces de los presos antifascistas de la República (1937-1939).

[2Traduction de la quatrième de couverture faite par nos soins.