Déplacements giménologiques

dimanche 22 mai 2005
popularité : 10%

De retour d’Aragon où nous avons fait la jonction avec l’amigo Isidro, ancien, du groupe international de la colonne Durruti, sur les lieux mêmes où s’est livrée la bataille de Perdiguera d’octobre 1936, nous préparons une série d’articles qui seront publiés dans les semaines à venir.

Le 3 juin 2010 à 20h30, une giménologue sera présente lors de la projection du film de françois Boutonnet « Il nous faut regarder » à Nîmes, qui évoque l’exil actif de deux membres des Jeunesses Libertaires de Perpignan

Le 5 juin à 17h30 en Avignon, à l’invitation de la CNT, les giménologues présenteront leur travail et plus particulièrement les dernières rencontres et découvertes faites en Aragon.

Hasta pronto pour ceux que cela intéresse

Les giménologues 20 mai 2010


Il nous faut regarder...
Un film de François Boutonnet
avec Jordi Gonzalbo et José Pobla

France, Kalimago Films, 52 mn, 2009

Aujourd’hui encore, tout ce qui se rapporte à la révolution espagnole baigne dans une lumière insolite. Soixante dix ans après sa fin, on ne discerne plus très bien ce qui peut lui être attribué. Avec l’exil, les traces n’en sont plus aujourd’hui évidentes, jaunies, brouillées et bien près d’être oubliées. Néanmoins elles sont nombreuses et leur originalité demeure : témoignages directs, livres, photos, lettres, bouts de films, poèmes, chansons, anecdotes, tableaux composent un matériau brut d’une diversité déroutante. Leur regroupement ressemblerait à un puzzle dont les pièces s’imbriqueraient mal les unes dans les autres. Pendant tout ce temps, on a parlé de la guerre d’Espagne de façon abstraite, on a oublié le nom des protagonistes, ou on ne l’a jamais connu. Il fallait reconstituer ce puzzle en se souvenant que ces exilés avaient une histoire, une vie, une pensée propre, un visage.

Le film évoque la vie de deux personnages hors du commun, Jordi et José, qui ont connu, enfants, la guerre d’Espagne, la Retirada, les camps, l’exil. Ces libres héritiers de la révolution espagnole ont cependant construit dans le sud de la France une vie riche, inventive, altruiste et exemplaire. Malgré l’exil et peut-être même à cause de l’exil…

Voir dates et horaires


« La liberté dans l’espérance, ils ont osé la vivre aussi »

AVIGNON

Le STICS-CNT 84 Vous invite à une
rencontre-débat
Avec les Giménologues

Précédée d’un diaporama sur
La Révolution et la guerre d’Espagne

Samedi 5 juin à 17 h
Maison IV de Chiffre, 26 rue des Teinturiers

Partis du témoignage d’un « illustre inconnu » - Antonio Gimenez – les Giménologues déroulent le fil de l’Histoire : celui de la révolution libertaire, celui de la guerre d’Espagne, celui de ces « internationaux » venuEs rejoindre les colonnes de miliciens pour combattre le fascisme et défendre la révolution.

Les Giménologues sont déjà venus à Avignon* présenter leur livre contenant le récit d’Antonio Gimenez et leur travail de recherches historiques : « Les Fils de la nuit - Souvenirs de la guerre d’Espagne »

Depuis, leurs recherches se sont poursuivies et enrichies. Elles s’appuient toujours sur les témoignages et les récits de ceux qui font l’Histoire, ces femmes et ces hommes « ordinaires », combattantEs de la Liberté.

Ce travail nous amène loin du mythe consensuel établi parfois autour du thème de l’Espagne républicaine. Il nous plonge au cœur d’une guerre sociale entre l’aristocratie, la bourgeoisie, l’Église, l’armée et un prolétariat espagnol qui en juillet 1936, s’est dressé contre le coup d’état fasciste et a entamé l’expérience révolutionnaire la plus avancée que l’humanité ait connue jusqu’à ce jour.
Cette expérience révolutionnaire n’a pas échoué, elle a été
écrasée par la force des armes, les félonies staliniennes et la barbarie franquiste.
C’est pourquoi, bien qu’éludée par l’histoire officielle, elle interpelle aujourd’hui si fortement celles et ceux qui pensent qu’un autre futur est possible.

Nous vous invitons à venir en débattre.

*Les Giménologues étaient venus à Avignon le 7 octobre 2006, à l’invitation de la Bibliothèque des Chemins non tracés