"Nous devons prendre en mains les rênes de notre propre vie, car l’Etat ne garantit rien".
Entretien avec Corsino Vela publié le 5 avril 2020 dans la revue en ligne CONTRAPUNTO

Titre original : "Tenemos que tomar las riendas de nuestra propia vida porque el estado no garantiza nada"
Texte publié en français sur le site lundi matin sous le titre :
« Le coronavirus est le détonateur et l’accélérateur d’un état de crise économique latente »
https://lundi.am/Le-coronavirus-est-le-detonateur-et-l-accelerateur-d-un-etat-de-crise

Additif du 21 avril 2020

Corsino Vela est le pseudo d’un militant ouvrier né aux Asturies en 1953, qui réside actuellemente à Barcelone. Sa militance politique comença à la fin des annés 1970, dans le cadre du processus de constitution de la CNT. Il est l’auteur de "La sociedad implosiva" (Muturreko Burutazioak, 2015), de "Capitalismo terminal" (Traficantes de Sueños, 2018), et il a participé au livre collectif "No le deseo un estado a nadie" (Pepitas de Calabaza, 2018), sur le "proceso catalán", entre autres publications.
(Notice de la revue Contrapunto)

Corsino Vela est l’auteur de Terminal Capitalismo, un livre très intéressant et suggestif, à bien des égards. Non seulement parce qu’il explique spécifiquement comment s’exprime la contradiction structurelle du capital , à partir de l’exemple de la dernière crise de 2008, mais aussi parce qu’il permet de réfléchir aux nouvelles manières avec lesquelles chaque crise reformule les points de vulnérabilité du capitalisme – nous parions sur l’émergence de "son fossoyeur". Un livre qui invite aussi à la critique politique radicale ceux d’entre nous qui luttent pour un marxisme stratégique, contre l’adaptation proposée par la « gauche populiste » pour gérer les crises capitalistes sans autre horizon que d’administrer la « démocratie des consommateurs ».
Bien que nous ne partagions pas la totalité de ce qui est exprimé dans son livre - qui mériterait un long débat qui n’est pas l’objet de cette interview -, nous proposons ce dialogue avec Corsino Vela à nos lectrices et lecteurs afin de les encourager à lire son livre qui, comme le dit l’auteur, « ne vise pas à transmettre une doctrine mais à inciter à aller au-delà de ce qui est écrit ». Le capitalisme terminal parle de la dernière grande crise du capitalisme, mais il pose quelques indices pour comprendre l’actuelle, sous l’impulsion de la pandémie de coronavirus, ce dont nous avons discuté à distance avec Corsino, en période de quarantaine.
Andrea D’Atri
Gastón Remy
de CONTRAPUNTO

lire la suite ici :
http://www.izquierdadiario.es/Corsino-Vela-Tenemos-que-tomar-las-riendas-de-nuestra-propia-vida-porque-el-estado-no-garantiza

Les Giménologues, pour la traduction de ce court extrait, 13 avril 2020.