Suzanne Hans et Louis Recoule

mardi 4 novembre 2008
popularité : 16%

En souvenir de Suzanne Hans et de Louis Recoule

Suzanne HANS Louis RECOULE

Les giménologues ont été contactés par Jean Boyon, qui habite près de Montpellier.
Il est le neveu de Suzanne Hans, cette milicienne française du Groupe International de la colonne Durruti, tombée à la bataille de Farlete le 8 octobre1936 [ Les fils de la nuit, page 276].

Suzanne Hans est née le 3 avril 1914 à Epinal. Elle milita à « L’Union Anarchiste ». Ses parents fréquentaient déjà les milieux anarchistes ; Jean souligne que sa grand-mère y était particulièrement active

Louis Recoule est né vers 1912 ; c’était un militant du groupe du XIIIe de Paris de la FAF [1]

Suzanne et son compagnon Louis habitaient au 165 de la rue Nationale dans le 13ème arrrondissement de Paris.
Ils eurent deux filles, nées en 1935 et 1936, qu’ils virent mourir coup sur coup de méningite et de coqueluche.
Jean est né en 1935 ; il est le fils de la sœur cadette de Suzanne. Cette dernière aurait bien voulu l’adopter mais la mère de Jean s’y opposa.
Jean nous a dit : « Suzanne est partie en Espagne tant par conviction que par dépit après le refus de sa sœur. Elle était un peu tête brûlée ».

Au vu de la liste établie à chaud après la bataille de Perdiguera (Cf. Les fils de la nuit, page 535 [2]) et d’une autre donnée qui nous est parvenue [3], il n’est pas exclu que Louis soit tombé à Perdiguera le 16 octobre et non pas le 8 à Farlete, avec Suzanne.

Les parents de Suzanne élevèrent Jean et ils allèrent habiter le petit deux-pièces de Suzanne et de Louis. Ils ne surent jamais où leur fille avait été enterrée.
C’est en souvenir d’elle et de ses grands-parents que Jean voudrait retrouver un jour cet endroit à Farlete.

Les giménologues, le 2 novembre 2008

Les lettres de Suzanne :

Grâce aux cinq lettres que Suzanne Hans envoya du front à ses parents, nous savons qu’elle est partie pour l’Espagne avec Louis Recoule à la fin septembre 1936. La dernière de ces tarjetas postales envoyées depuis la « colonne Durruti, Groupo international à Pina de Ebro », date de quelques heures avant de tomber sur le front de Farlete…

Texte retranscrit des cinq lettres de Suzanne Hans à ses parents, rédigées entre le 6 et le 8 octobre 1936

JPEG - 80 ko

[ Lettre 1 sans date, envoyée sur une
« tarjeta postal
Servei nacional
Milícies antifeixistes de Catalunya »
Sans doute le 6 octobre 1936, au vu du tampon de la poste ]

Mr et Mme Hans Henri
20 rue des Fossés Saint Bernard
Paris 5ème
France

Chers parents,
Vous devez vous demander ce que nous
sommes devenu [sic] ne vous en faites pas
de trop car ce n’est
pas souvent que
nous pouvons
vous envoyer un mot.

JPEG - 93.3 ko

Nous avons été simplement dévorés par les
moustiques Louis principalement qui a une
de ces figures. Pour l’instant rien de nouveau
nous attendons nous avons fait un drôle de
voyage enfin nous y sommes, il fait un
temps de chien et nous marchons dans la boue.
Je n’ai jamais autant marché de ma vie
et ne suis pas trop fatiguée chose rare attendu
que nous avons sur nous couverture et harna-
chement . Enfin j’espère que toute la famille
se porte bien, recevez de grosses bises tous Suze Louis

Colonne Durruti Groupo International [sic] à Pina del Ebro[sic]
Provincia de Zaragoza (España)


JPEG - 71.5 ko

Mr et Mme Hans
20 rue des Fossés Saint Bernard
Paris 5ème
France

Pina del Ebro [sic] le 7.10.36
Chers parents,
J’espère que vous êtes
tous en bonne santé
comme nous d’ailleurs.
Il fait un froid ici
Avons assisté à des
noces du pays cela…/

JPEG - 87.6 ko

/…nous a passé le temps. Comment va petit Jean ?
Et Simone, enfin tous. Ne trouvez pas drôle de
ne pas toujours recevoir des nouvelles car cela
pourrait arriver le service étant plus ou
moins bien assuré suivant où nous nous
trouverions. Ecrivez le plus souvent possible.
Avez-vous des nouvelles de grand-mère. Ne
pouvant rien vous raconter d’autre
je vous quitte en vous envoyant de grosses
bises. Bons baisers de Louis. Suzanne et Louis
Colonne Durruti Groupo International [sic]à
Pina del Ebro[sic] Province de Zaragoza
Espagne


JPEG - 75.1 ko

Mr HANS
20 rue des Fossés
Saint Bernard
Paris 5ème
France
Pina del Ebro 8/10-36
Cher petit père
reçois de grosses
bises de tous
deux
Suzanne


JPEG - 79.2 ko

8-10-36
Chère petite mère
Déjà 9 jours que nous
sommes parti [sic], 5
jours que nous sommes
ici, j’ai déjà eu le
temps de voir du
pays et le t’assure
que c’est un joli…/

JPEG - 93.6 ko

/…paysage dommage qu’il ne fasse pas
très chaud, heureusement nous couchons
sur la paille et cela nous réchauffe
je vous écris le plus que je peux car
d’ici quelque temps les lettres seront
plus espacées. Chère petite mère ne
trouve pas le temps trop long et
reçois de nous deux de grosses bises.
Colonna Durruti Groupo International[sic]
Pina del Ebro [sic] Provincia de Zaragoza


(España)[ Lettre 5, sans date mais qui ne peut être que du 8 octobre 1936. La targeta postal n’a pas de tampon de la poste. Il est possible que la lettre ait été retrouvée dans les affaires de Suzanne après sa mort et remise à la famille]

JPEG - 95.4 ko

Mr et Mme HANS
20 rue des Fossés Saint Bernard
Paris 5ème

Chers parents
Nous n’avons pas eu encore de vos nouvelles
car c’est très long à nous parvenir, je n’ai
pu jusqu’à présent vous donner des
explications car il y a la censure sur
tous détails. Nous avons avancé pas
mal aujourd’hui nous sommes à Farlette[sic]
et allons attaqué [sic] , jusqu’à présent tout
va à peu près mais il fait plutôt froid
Je n’ai jamais autant marché de ma
vie sans fatigue cependant nous
couchons sur la paille, je m’en porte
plutôt bien. Si je pouvais avoir mon
imperméable et des bottes cela m’éviterait
d’être trempée car nous marchons dans
la boue jusqu’aux chevilles. Ne vous faites
pas de bile surtout et recevez de tous
deux beaucoup de grosses bises sans
oublier Simone et Petit Jean de qui
je parle souvent, grand’mère et tous,
Encore de grosses bises, Suzanne Louis


[1Source : Maitron : L’Espagne antifasciste n°21 et 22, novembre 1936.

[2Le document trouvé aux archives de la CNT à Amsterdam est sans doute plus fiable que celui que nous reproduisions juste avant (liste David Berry, page 533) qui s’appuie sur les articles parus dans la presse (Espagne Antifasciste)

[3Source : « Français. Présent sur la liste du départ au front 3 octobre 1936 vers le Groupe International de la Columna Durruti »
« Recoules Louis : Français selon la liste des miliciens Français établie par la SFP le 18 octobre 1938 (Fortin), document confidentiel. IISG FAI Pe 58. Mention : Front , mort à Perdiguera. » [éléments transmis par Edouard Sill]