Présentation de Carl EINSTEIN par les giménologues.

dimanche 25 novembre 2007
popularité : 17%

Antoine Gimenez (alias Bruno Salvadori) a rencontré Carl Einstein à Barcelone aux alentours de la barricade du DAS durant la bataille de Barcelone de mai 1937.

Carl Einstein et la révolution espagnole
 
Antoine Gimenez (alias Bruno Salvadori) a rencontré Carl Einstein à Barcelone aux alentours de la barricade du DAS[1] durant la bataille de Barcelone de mai 1937. C’est ainsi que nous avons pris la mesure de l’engagement de ce dernier aux côtés des anarchistes de la colonne Durruti. Carl Einstein est notamment l’auteur de l’oraison funèbre de Durruti prononcée sur les ondes de la radio CNT-Barcelona en novembre 1936, et d’un article sur le front d’Aragon publié dans la presse anarchiste au printemps 1937.
On peut se rapporter à l’index de notre ouvrage « Les Fils de la nuit », juin 2006 (seconde édition). On peut aussi consulter la notice biographique sur Carl Einstein rédigée par Gianpiero Bottinelli, responsable de l’édition en italien du récit d’Antoine « Amori e rivoluzione », La Baronata, 2007, pp. 226-228.
 
Il y a beaucoup de travaux engagés en France et en Allemagne sur la personnalité et le parcours de cet historien d’art des années vingt, et nous avons tenté de reconstituer son étape espagnole avec notamment l’aide de Liliane Meffre, docteur d’État, germaniste, historienne d’art et professeur à l’université de Dijon, ainsi que de Pierre Despré, président de l’Association Carl Einstein-François Mazou, « combattants de la liberté ».
Le contact s’est aussi récemment établi avec Marianne Kröger [germaniste, politologue et enseignante à la Johann Wolfgang Goethe-Universität de Frankfurt am Main/Francfort-sur-le-Main] dont les derniers travaux vont bientôt être publiés en Allemagne [Marianne Kröger : Das "Individuum als Fossil" - Carl Einsteins Romanfragment "BEB II" - Autobiographie, Kunst und Politik in einem Avantgardeprojekt zwischen Weimarer Republik und Exil. Gardez ! Verlag, Remscheid, 2007.]
 
Nous aurons le plaisir de mettre bientôt à la disposition des curieux les communications de Liliane Meffre et d’Alain Ruiz[2] en français, et celle de Marianne Kröger en allemand, tout juste publiées dans les Actes du colloque de 2004 à Cologne :
« Carl Einstein im Exil. Kunst und Politik in den 1930er Jahren - Carl Einstein en exil. Art et politique dans les années trente », Wilhelm Fink Verlag, 2007, sous la direction de Marianne Kröger et de Hubert Roland[3].
Nous signalons également que les Actes du colloque international du 14 avril 2003 à Pau ont été publiés par l’Université de Pau et des pays de l’Adour, et l’Association Carl Einstein - François Mazou, « combattants de la liberté », sous le titre :
« Pyrénées 1940. Ultime frontière. Pour Carl Einstein, Walter Benjamin, Wilhelm Friedmann », L’Harmattan, 2006.
 
Nous vous présentons aujourd’hui la communication de 2003 de Liliane Meffre :
 
Les Giménologues, courant novembre 2007.
 
Bibliographie succinte :
Meffre, Liliane, « Carl Einstein (1885-1940). Itinéraires d’une pensée moderne » , PUPS (Presses de l’Université de Paris-Sorbonne), Paris, 2002. Collection Monde germanique. Il contient une imposante bibliographie portant sur l’œuvre de Carl Einstein.
Kröger, Marianne, « Carl Einstein im Spanischen Bürgerkrieg », in « Archiv für die Geschichte des Widerstandes und der Arbeit », Nr. 12, 1992, pp. 79-96.
Kröger, Marianne, « Carl Einstein und die „Grupo internacional“ der Kolonne Durruti », in [Kiefer, Klaus H. (éd.) : Carl-Einstein-Kolloquium 1986, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1988, pp. 261-271.]
Pour les hispanisants, nous signalons la récente publication de :
Einstein, Carl, « La columna Durruti y otros artículos y entrevistas de la guerra civil española », Édición de Uwe Fleckner, Mudito & Co, Barcelona, 2006. On y trouve notamment le fac-similé de l’article-entretien de Sebastià Gasch avec Einstein, paru dans la revue barcelonaise « Meridià » le 6 mai 1938. Tous les articles sont annotés par Uwe Fleckner.
 


[1] le groupe des anarchosyndicalistes allemands : voir sur ce site les corrections apportées à la note n° 61.
[2] UFR d’études germaniques, université Michel de Montaigne - Bordeaux 3
[3] Nous contacter pour toute éventuelle commande.