| |
Bandeau
Les Gimenologues
Slogan du site
Descriptif du site
Publication du numéro 5 des Cahiers VUPP
Walter Benjamin à Cérêt

"Voir un peu plus à travers les fissures des murailles"
http://www.cahiersvupp.org/pdf/VUPPCahiers5.pdf

Trois numéros des Cahiers VUPP ont vu le jour entre 2015 et 2017 autour de propositions croisées et ouvertes  : autonomie de l’artiste  ?  ; contre la méthode  ; pourquoi travaillons-nous  ?  ; nécessité des écarts  ; héritages des biens culturels  ; quel art à venir  ? avec des sessions à Bordeaux, Portbou, Barcelone et Berlin.

Devenu une association en 2018, VUPP se consacre à l’édition des Cahiers en invitant des contributeurs venus d’horizons différents et à qui la question de notre présent aliéné s’impose.

Les Cahiers VUPP, numéro 4, sont traversés par les troublantes questions de la réification, de l’auto-réification et de quelques symptômes afférents, colorés par l’humour et la mélancolie. Les textes et images des auteurs sont délibérément nomades à travers les champs du savoir :la critique, comme autodécouverte de ce qui est caché par l’apparence, ouvrant d’incertains passages.
Pour VUPP, Jean Calens.
Tous les numéros sont téléchargeables ici : http://www.cahiersvupp.org/

"La gloire du midi réfugiée dans les ombres épaisses des arbres. En quelque sorte, c’est le rapport du rêve à l’éveil qui a été faussé. Le capitalisme fut un phénomène naturel par lequel un sommeil nouveau, plein de rêves, s’abattit sur l’Europe, accompagné par une réactivation des forces mythiques. Le fétiche de la marchandise se déplace sur un Juggernaut, le char du dieu Shiva, qui égalise tout sous ses roues. Le flâneur s’identifie à ce fétiche, il s’identifie à lui. Il puise en lui cette ivresse religieuse des grandes villes qui n’est autre que celle de l’identification avec la marchandise elle-même."
Walter Benjamin*.
* Extaits d’ouvrages de W.B. Successivement : Rastelli raconte ; Paris, capitale du XIXe siècle  ; Baudelaire.

Ce que nous pensons, imaginons et voulons, s’exprime dans les catégories de la marchandise, du travail et de l’argent. Comment se doter alors d’un libre-arbitre ? Le libre-arbitre est difficilement envisageable disent les plus pessimistes, car il est effectivement adossé à la fétichisation de la marchandise et le dépassement de la société capitaliste semble impossible car devenu impensable. Pas facile alors de voir un peu plus à travers les fissures des murailles si le constat est notre enfermement dans la totalité capitaliste. Institué, l’art est l’habillement idéalisé de la situation sociale du moment. Tout état politique tente de s’idéaliser afin de justifier moralement son existence. Comment encore imaginer que l’art peut s’inventer en s’immergeant dans des luttes nouvelles ? Pour Carl Einstein aussi l’art et son histoire sont inséparables de l’Histoire et les défaites des révolutions sont aussi les défaites de l’art. Pourtant il faut sauver le temps du présent frénétique que nous aussi construisons ; œuvrer à se désœuvrer, à rendre vain l’écrasement du passé qui méprise l’enfance et l’expérience.

Walter Benjamin n’est jamais venu à Céret, c’est sûr ! Pourtant, le soir, venant du cœur des peintures de Soutine, on croit entendre des échos de ses combats face à l’histoire officielle, l’histoire des vainqueurs. Nous évoluons entre des écarts et des entrelacements de logiques hétérogènes pour approcher constats, hypothèses et utopies. Les Cahiers VUPP, fragile esquif, modèle barque à rames, remercient auteurs, contributeurs et collaborateurs patients.

Pour VUPP, Jean Calens.

De belle facture, ces Cahiers épousent résolument les lignes de fuite d’un flâneur devenu exilé. Depuis leur premier numéro, ils se faufilent dans les passages que Walter Benjamin a ouverts pour qui veut bien le suivre dans l’Histoire, dans le temps et l’espace.
Car c’est au cours de ses déambulations dans les passages parisiens, abritant des galeries commerciales couvertes, qu’il "conçoit le projet d’une généalogie du capitalisme et de la féérie de la marchandise" (Agnès Sinaï).

Walter Benjamin n’est jamais venu à Cérêt, mais des colloques sur lui s’y sont tenus notamment à l’initiative de l’APWB (Association du Prix W. Benjamin), Joël Mettay, les cahiers VUPP et bien d’autres personnes . Il est rendu compte dans ce numéro du dernier colloque de novembre 2021 sous le titre : "Itinérances". Walter Benjamin à Cérêt et Carcassonne", où le thème directeur semble être "Organiser le pessimisme".

Un autre passager du temps nous est devenu familier au fil de la parution des Cahiers. Il s’agit de Carl Einstein, dont nous avons rendu compte de l’engagement au sein du Groupe International de la colonne Durruti dans notre travail *, notamment en collaboration avec Liliane Meffre :
http://gimenologues.org/spip.php?article326
puis avec Marianne Kröger :
http://gimenologues.org/spip.php?article327

Liliane a animé le colloque "Carl Einstein à Cérêt" en octobre 2020, et rédigé l’article "Carl Einstein et la guerre d’Espagne" dans les Cahiers VUPP n°4. Elle rappelle que ce critique de la société bourgeoise de la fin du XIX° siècle soumit à "une révision critique , les uns après les autres, les concepts qui sous-tendaient ses théories antérieures", à savoir que "l’avant-garde, et lui -même, n’ont pas réussi leur engagement social."

Ce numéro 5 des Cahiers a choisi de dédier une large place aux enjeux révolutionnaires de la guerre d’Espagne en publiant une présentation du livre de José Peirats Une révolution pour horizon, par Amapola Gracia ; et une présentation des travaux des Giménologues par eux-mêmes.

*http://gimenologues.org/spip.php?article328

Les Giménologues, premier décembre 2022